Accueil » MFC écrit à l’ex président Joseph Michel Martelly

MFC écrit à l’ex président Joseph Michel Martelly

Avec l’autorité familiale comme première institution de l’humanité, dans le 2e millénaire, 24e année,  2ème mois de l’annee et le 12ème  jours. Le MFC partage avec vous cette journée marquant on votre entrée sur la terre.

 » Lew prezidan wa konprann », vous comprendrez quand vous serez président »,  delà on aimerait comprendre ses trois points, Mr l’ancien président. 

D’abord cette partie de la musique de Sweet Micky: « Mayi avek  diri, pwodui de luks  nan yon peyi. Pendan yon pèp Chita lap deperi, Ann leve pyèn pou nou wè si na  chanje lavi. Ou Vénéré Ronaldo, ou pa konn Ti Manno. Chef de mon pays, ayez un cœur d’amour pour le pays. Toute la bourgeoisie, il est tenps d’arreter avec cette comédie. Sinon le pays va finir par s’engloutir. Jeunesse du pays pour avoir une vie bien réussie. Il faut d’abord penser à s’instruire. Pour préparer l’avenir, ça ne sert à rien d’être toujours soumis », a avait chanté Michel Martelly, Sweet Micky 1998, Yon Ti Moral.

Ce très  très beau texte  rappelle la visite du président Joseph Michel Martelly au mois de juillet  2021 en Espagne.  Au salon diplomatique de l’aéroport  Toussaint Louverture, le président a eu à dire:  « Cristiano Ronaldo vous à envoie une paire de chaussures », a souligné le MFC.

Ensuite, la permission que l’ancien président Joseph Michel Martelly avait accordé à l’ambassadeur américain Kenneth Merten de remplacer  Wilfrid Bertrand, directeur des archives nationales. Cela s’est produit en mars 2012, en présence de religions  pour la paix, membres du gouvernement et des représentants de la communauté internationale.

Et enfin, l’appréciation toute particulière du MFC pour la prophétie de l’ancien président américain Donald Trump  lorsqu’il avait dit à la maison blanche le 11/01/2018 qu’Haiti est un trou de merde.  

Considéré l’audience devant la commission sénatoriale et de la relation étrangère américaine,  l’ancien président américain et envoyé spécial des Nations Unies à Haïti, Bill Clinton avait  demandé pardon pour les crimes économiques qu’il avait fait en Haïti en détruisant la production du  du riz.

« Je porte toujours dans mon cœur  les douleurs de cette situation », avait t-il dit.  

Lien matériel

https://drive.google.com/file/d/1NvE4rLf6PsXA-7NvCiwNM_po7a_l5-VW/view?usp=drivesdk

En septembre 2019,  la prophétie allait s’accomplir avec l’enoncé de politique générale de Fritz William Michel, lors que des parlementaires avait badigeonné le parlement de matières fécales.

Et delà, le leadership social, économique, religieux et politique haïtien est réduit à néant menant ainsi à l’extermination de tout un peuple.

Planet Press

VOUS POURREZ AIMER

Planet Press