Accueil » Célébration de la Journée internationale de l’éducation

Célébration de la Journée internationale de l’éducation

Le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP), a célébré, ce mercredi 24 janvier 2024 – sous le haut patronage du Premier ministre, Dr Ariel Henry -, à Pétion-Ville, la 6e « Journée internationale de l’éducation », déroulée, à la fois, sous le thème choisi par l’UNESCO : « Apprendre pour une paix durable », et le thème national : « Kore ledikasyon, asire lavni ».

C’était l’occasion pour le MENFP de saluer la performance académique de huit lauréats nationaux aux examens d’État 2023, de présenter le document de la Politique et stratégie nationales d’alimentation scolaire (2024-2030), de concert avec le ministère de l’Agriculture ; de lancer, en partenariat avec le ministère de la Planification et de la Coopération externe (MPCE), le Statut national d’étudiant-entrepreneur (SNEE), et d’organiser une « foire sur les grands chantiers visant la transformation du secteur éducatif.

En effet, il s’agit pour le ministère de l’Éducation nationale qui mobilise différentes Directions techniques, des structures autonomes fonctionnant sous sa tutelle, des Maisons d’éditions, des partenaires nationaux et internationaux à cette foire, de profiter de cette belle journée pour mettre un accent particulier sur tous les efforts consentis et les progrès accomplis, au cours des 12 derniers mois, dans le secteur éducatif, malgré les difficultés.

‘’ « Kore ledikasyon, asire lavni », se tèm nasyonal, ki eksprime volonte n pou n pa kanpe nan batay n ap mennen san rete pou refòm sektè edikasyon an, pou bay tout timoun chans yo pou yo ale lekòl, pou devlope konpetans yo ak konstwi lavni yo, gras ak ledikasyon, malgre yon kontèks difisil.
Men travay la pa kanpe, menas kont lekòl yo ap kontinye. Nou pa dwe sispann goumen pou n fè tout moun konprann lekòl dwe kontinye fèt nan kelkanswa sikonstans. Pa dwe gen kanpe nan zafè lekòl e se devwa tout sosyete a pou defann prensip sila. Dwa timoun pou ale lekòl dwe respekte toupatou nan peyi a.
Malgre divès pwoblèm, mwen kontan wè chantye edikasyon yo pa kanpe. Tankou m te anonse sa deja, Gouvènman an pran desizyon konstwi 20 nouvo lekòl piblik nan zòn potoprens la. Men pi gwo chantye Gouvènman an mande ministè a ranfòse, se fòmasyon yon lòt kalite sitwayen ayisyen pou Ayiti. Yon sitwayen ki konprann pi byen nesesite pou nou viv ansanm nan lapè, pou respekte règ ak valè moral repiblik la, ki aprann rezoud konfli nan dyalòg e ki aprann itilize kapasite lasyans ak teknoloji ofri pou patisipe nan devlopman kiltirèl, sosyal ak ekonomik Ayiti.
Malgre limitasyon resous yo, Gouvènman an ap kontinye vanse ak chantye sila yo avèk sipò patnè nasyonal ak entènasyonal k ap bay bourad pou sa‘’, a déclaré, d’entrée de jeu, le Chef du gouvernement haïtien.

« En période de crise, il est essentiel de garantir la continuité de l’apprentissage, en particulier pour les plus marginalisés, et d’intégrer l’éducation dans les efforts mondiaux de consolidation de la paix. Enfin, si l’éducation est placée au cœur de notre attachement à la paix, elle peut aider les apprenants à acquérir les connaissances, les compétences et les attitudes nécessaires pour se faire les hérauts de la paix au sein de leur entourage », a poursuivi le Premier ministre, Dr Ariel Henry.

D’après le chef du gouvernement, cet événement permet de réaffirmer l’importance de l’éducation dans la paix, le développement et la volonté politique de l’État de soutenir les actions transformatrices en faveur d’une éducation inclusive, équitable et de qualité pour tous.

Par ailleurs, le Premier ministre Ariel Henry a souligné l’impérieuse obligation de l’État de poursuivre les actions pour la réforme éducative, afin de garantir, un meilleur avenir aux enfants d’Haïti.

« L’exposition des grands chantiers à tous les niveaux présentés ici dans cette salle témoigne de la résilience du secteur de l’éducation. Chapo ba pou nou. Chapo ba pou anseyan ki kontinye akonpaye timoun yo. Chapo ba pou paran yo k ap reziste chak jou pou mennen pitit yo lekòl», a enchainé le Chef du gouvernement haïtien, avant de saluer tous les acteurs de la chaîne éducative, mais de façon particulière, tous les enfants d’Haïti et les lauréats nationaux.

Pour sa part, le titulaire du MENFP, le professeur Nesmy Manigat qui a également porté son discours sur la paix, a rappelé quelques éléments clés de la feuille de route donnée, cette année, par le gouvernement au ministère de l’Éducation nationale, dans la perspective de transformer l’éducation, de façonner de nouveaux types de citoyens, tel qu’il est inscrit dans le nouveau Cadre d’orientation curriculaire (COC).

Ainsi, tout en saluant le travail titanesque des parents, enseignants et directeurs d’écoles, le premier responsable de l’éducation du pays, a pris le temps de souligner et d’expliquer quelques points fondamentaux de cette feuille de route qui vise à transformer le système éducatif, comme le renforcement de la gouvernance du secteur, la lutte contre l’échec scolaire.

« Dans beaucoup d’endroits en Haïti, on prend le temps de réfléchir, de débattre, de discuter et de planifier l’avenir de nos enfants qui nous rassemblent tous ce matin. Mes premières pensées sont à l’endroit de toutes celles et de tous ceux qui résistent et qui se battent au quotidien pour que le droit à l’éducation soit respecté », a balancé le ministre Manigat, soutenant que l’éducation à la paix, constitue un des piliers fondateurs du renouveau d’Haïti.

Quant à la Coordonnatrice résidente du Système des Nations-Unies, tout en rappelant que l’éducation est un droit fondamental, elle a fait l’éloge de ses avantages pour le développement personnel des gens, en particulier, et pour le corps social, en général.

« Elle est le creuset de la reproduction sociale, la clé qui ouvre les portes de la connaissance, de la compréhension mutuelle et de l’émancipation aussi bien pour l’individu que pour la collectivité (…).
A travers l’éducation, la connaissance libère l’individu de l’étroitesse d’esprit et ouvre des horizons favorables à la coexistence pacifique à l’intérieur des sociétés, mais aussi entre les nations », a souligné Ulrika Richardson qui s’est réjouie de la réforme éducative en cours en Haïti, tout en renouvelant l’engagement du Système des Nations-Unies en termes de support à l’éducation dans le pays.
La diplomate onusienne a aussi rappelé à l’intention de l’assistance que « L’éducation est [à cet égard] une option stratégique dans la gouvernance sociale et politique, car elle est à la fois vectrice d’éradication de la pauvreté, facteur de promotion de l’égalité des chances, rempart contre l’intolérance et la haine, et stimulant pour le développement durable ».

Prenant la parole lors de cette journée spéciale, le directeur de l’enseignement secondaire a, de son côté, mis l’accent sur l’importance de l’éducation qui vise, a-t-il rappelé, à préparer les jeunes qui doivent se projeter, d’une manière plus assurée, vers l’avenir.

« L’éducation nous transforme aux fins de s’adapter à notre écosystème. Lorsqu’elle est vraie, elle défie et méprise toutes formes de conformiste pour nous élever à la dimension de nos défis, ouvrant ainsi la voie aux progrès économiques, sociaux et culturels », a fait remarquer Miguel Fleurijean, avant d’indiquer que l’éducation véritable est au service de la paix, de la tranquillité et de la stabilité.

La première lauréate nationale aux examens officiels du bac unique de 2023, a prononcé, aux noms de ses camarades, lauréats nationaux, et en son nom propre, un discours qui a fortement ému l’assistance.

« Chers collègues lauréats, l’année 2022-2023 n’a pas été facile. Pour certains d’entre vous, ils avaient marché dans la vallée du risque à la recherche du pain de l’éducation, mais le désir de réussir était votre arme, et aujourd’hui, votre détermination est payante. Chers camarades des différents départements, même si le cumul des notes me donne une petite longueur d’avance sur vous, mais soyez fiers, nous sommes tous des lauréats. Je vous souhaite du succès dans la prochaine étape de vos études (…).

Chers enfants, chers jeunes, fuyez la délinquance, fuyez la drogue et tout ce qui tend à compromettre votre caractère, prenez au sérieux votre étude et vous verrez votre nom s’écrire en lettre d’or comme jeune à succès », a laissé entendre Sherley Jérôme, issue de l’école Foyer d’enseignement rénové de Mirebalais (Plateau Central), qui avait opté pour la série des Sciences mathématiques et physique (SMP).

Dans le cadre du déroulé de cette célébration, le ministre Nesmy Manigat et son collègue de l’Agriculture, Brédy Charlot, ont paraphé le Document de la Politique et stratégie nationales d’alimentation scolaire (2024-2030) ; puis le ministre Manigat et le ministre de la Planification, Ricard Pierre, ont apposé leurs signatures au bas du Document traitant du Statut national d’étudiant-entrepreneur(SNEE), qui est une reconnaissance spéciale accordée aux étudiants, apprenants et jeunes diplômés, porteurs de projets entrepreneuriaux, innovants, respectant les normes sociales et environnementales, créateurs de richesses et d’emplois, et alignés sur les Objectifs de développement durable (ODD).

Le dernier temps fort de cette journée a été la foire-expo dédiée aux grands chantiers du MENFP pour l’année 2024. Une activité qui a mis à contribution les directions techniques du ministère, le Bureau de la Secrétaire d’Etat à l’Alphabétisation et à l’éducation non-formelle (BSEA-ENF), l’Office national de partenariat en éducation (ONAPE), le Fonds national de l’Education (FNE), le Programme national des cantines scolaires (PNCS), l’Institut national de la formation professionnelle (INFP), des partenaires de la coopération internationale tels l’UNICEF, l’UNESCO, le PAM, et des partenaires nationaux comme la Fédération haïtienne de Football (FHF), la Fédération haïtienne de basketball (FHB), la Fédération haïtienne de Volleyball (FHVB), et plusieurs maisons d’éditions engagées dans l’initiative 80/20 qui vise à doter les écoles du pays de bibliothèques/médiathèques conformément au fait que le ministère fait de 2024, année de la « lecture, cause nationale ».

VOUS POURREZ AIMER

Planet Press