Accueil » Haiti: Les origines chrétiennes du mouvement « Bwa Kale »

Haiti: Les origines chrétiennes du mouvement « Bwa Kale »

Face à l’insécurité criante et le phénomène de kidnapping auquel fait face le pays, la population semble avoir trouvé une formule. Et cette dernière commence à donner de résultats. Le nombre de civils armés tués en moins d’une semaine fait penser que le mouvement peut donner plus résultats.

Si le mouvement donne de résultats, l’origine dudit mouvement reste encore dans les terroirs même si certains donnent la paternité aux Dj Tony Mix. Ce fameux DJ a eu un mixtape dénommé « Bwa Kale ».

Cependant bien avant Tony un pasteur d’Eglise avait donné la formule pour correspondre aux bandits armés qui a cette époque entraient dans les églises pour enlever des fidèles.

Et ce pasteur s’appelle Jean Paul Davius. Il est le pasteur de l’Eglise de Jésus Christ Full Gospel, situé à Sibert, au niveau de la Plaine du Cul-de-Sac, commune de la Croix -des -Bouquets.

En effet, le 31 décembre 2021, Jean Paul Davius, dans sa prédication avait demandé aux fidèles de son église porter des machettes pour se défendre face aux bandits. Dans la mise en contexte de son message, le pasteur a montré que la criminalité a commencé depuis le jardin d’Eden ( Cain a tué Abel). Si la violence a ainsi commencé, elle en demeure encore Aujourd’hui, fait-il remarquer.

« Quand il y a violence, il faut que la défense intervienne. C’est un droit divin. L’Eglise n’a jamais été un lieu de paix. Mais un lieu où les artisans de la paix viennent travailler. Il n’y avait jamais eu de repos au niveau des églises pour les croyants. Et il ne dit pas comprendre pourquoi le message demandant aux chrétiens de prendre leurs machettes a fait autant de remous »?, se demandait-il lors de cette prédication.

A ceux qui demandaient au pasteur de prendre sa bille pour répondre aux bandits, Jean Paul Davius rappelle que la bible est faite de feuilles de papiers.

« Lors que les bandits ont enlevé des fidèles de l’église Baptiste de la Rue de la réunion il avait leur bible sous leur bras », rappelle t-il.

Il faut signaler qu’aucun membre de son Eglise n’a été enlevé et aucun bandit ne s’est arrogé le droit de de pénétrer l’espace de cette Eglise qu’il dirige.

En somme même si le pasteur n’a pas donné le nom de « Bwale Kale » mais l’effet de prendre sa machette pour s’attaquer aux bandits est venu de lui. Et si l’on dit que le mouvement a des origines chrétiennes, on est donc dans le plein droit.

Samuel J. Ernest

Planet Press

VOUS POURREZ AIMER

Planet Press