Accueil » Haïti: L’OPC demande Justice et réparation face à la terreur planifiée et inacceptable

Haïti: L’OPC demande Justice et réparation face à la terreur planifiée et inacceptable

« Le Peuple Haïtien dos au mur; L’OPC évoque l’article 8 de la déclaration universelle des droits de l’homme en vue de défendre la population Haïtienne contre ses ennemis ».

L’OPC une fois de plus réitère son engagement dans la lutte sans relâche pour le respect des Droits et Libertés et pour l’instauration d’une société fondée sur les principes universels en matière de droits de la personne.

Comme une bête traquée, le Peuple Haïtien se retrouve aujourd’hui dos au mur, sa seule possibilité de survie est de faire face à ses agresseurs ou se laisser mourir faute de soutien de ses dirigeants.

Dignes Filles et Fils de fiers combattants pour la Liberté et l’émancipation, jamais le Peuple Haïtien ne courbera l’échine. L’histoire est là remplie d’exemples d’héroïsme de ce grand Peuple.

L’OPC dans sa mission de défendre les principes de libertés individuelles, ne peut pas se taire face à la menace d’affrontements qui se dessinent et qui commencent à dégénérer. Aussi est-ce pourquoi l’Office de la Protection du Citoyen invite les couches saines de la société à donner une réponse légale et proportionnée aux agresseurs du Peuple Haïtien.

Cette action conforme à l’article 8 de la déclaration universelle des droits de l’homme qui donne droit à: « Toute personne à un recours effectif devant les juridictions nationales compétentes contre les actes violant les droits fondamentaux qui lui sont reconnus par la constitution ou par la loi », constitue une démarche légitime en vue de dénoncer ceux qui ont délibérément orchestré cette guerre contre le Droit, contre la Vie.

L’OPC joint sa voix aux milliers de nos compatriotes qui meurent tous les jours sous les attaques de bandits armés convertis en commandos et en escadrons de la mort déployés dans nos quartiers résidentiels. Du jamais vu et vécu dans notre histoire récente. La situation d’aujourd’hui objectivement dépasse largement les événements de 1991 et de 2003-2004.

Cette démarche concerne tous ceux qui de près ou de loin ont commandité, supporté, monnayé, facilité la mise en place de cette Terreur Planifiée et Intéressée.

L’OPC reste attaché aux principes de libertés individuelles et de respect des droits inaliénables du Citoyen quelque soit son rang social, sa religion, son appartenance politique.

Pour que le Peuple Haïtien dos au mur ne pose pas d’actes illégaux, comme ses agresseurs, il est urgent de désamorcer cette bombe à retardement en présentant la situation sans hypocrisie et marchandage, comme l’ont avoué la nouvelle cheffe du BINUH Maria Isabel Salvador, le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres et le Haut-commissaire aux droits de l’homme Volker Türk. Sinon l’histoire les jugera pour non assistance à personne en danger, comme ce fut le cas au Rwanda en 1994. Quel est l’intérêt caché des uns et des autres dans une guerre fratricide, un massacre en Haïti?

C’est la responsabilité des organisations régionales et de l’ONU solidaires du préambule de la déclaration universelle des droits de l’homme qui stipule: « Considérant que les Etats Membres se sont engagés à assurer, en coopération avec l’Organisation des Nations Unies, le respect universel et effectif des droits de l’homme et des libertés fondamentales, L’Assemblée générale proclame la présente Déclaration universelle des droits de l’homme comme l’idéal commun à atteindre par tous les peuples et toutes les nations », dont Haïti.

Pour que cela cesse, la Solution passe par la mise en place des Droits et Libertés garantis par la loi et les conventions signées par Haïti.

L’indépendance est éphémère sans les Droits et Libertés, c’est à dire sans Justice et Réparation face à la Terreur Planifiée et aux Privations de toutes sortes.

Planet Press

VOUS POURREZ AIMER

Planet Press