Accueil » Réunion du Conseil de Sécurité des Nations Unies sur Haïti ce 21 Décembre 2022

Réunion du Conseil de Sécurité des Nations Unies sur Haïti ce 21 Décembre 2022

Par Ambassadeur Stanley Lucas

Le Conseil de Sécurité des Nations Unies se réunira Mercredi 21 Décembre dans l’après-midi sur Haïti.Deux points pourraient être à l’ordre du jour, la nature d’une intervention militaire et les sanctions contre ceux impliqués dans les gangs, le trafique des armes et les violations de droits humains.

Depuis le mois de Juillet trois secteurs font la promotion d’une intervention militaire des blancs en Haiti. La République dominicaine dont l’armée a fait un genocide qui a tué 30,000 haïtiens en 1937 parce qu’ils étaient noirs. L’idéologue raciste dominicain derrière ce genocide est le Président Raphaël Trujillo qui se prenait pour un blanc. Le professeur américain Louis Gâtes a dressé son profil dans son documentaire Black in Latin America, the Dominican Republic. Aujourd’hui le président dominicain d’origine libanaise se prend pour Rafael Trujillo. Les oligarques corrompus d’Haiti et leur associé Ariel Henry impliqués dans l’assassinat du Président Jovenel Moïse, les gangs et le trafique des armes ayant peur d’une révolte de la population veulent aussi une force d’occupation pour les protéger. Finalement, les élites globalistes corrompus qui veulent piller le sous-sol haïtien tirent les ficelles dans les grandes capitales pour une intervention militaire étrangère en Haïti. Ce sont ces trois catégories qui veulent une intervention militaire étrangère pour protéger leurs intérêts respectifs.

La population haïtienne ne veut pas une intervention militaire étrangère. Elle souhaite plutôt une assistance technique, des armes et des équipements pour la police st l’armée d’Haiti capables de détruire les gangs mieux armés que ces deux institutions. Plus de 97% des armes que reçoivent les gangs viennent de la Floride.

Pourquoi insister sur une intervention militaire étrangère alors qu’Un colonel de l’armée haïtienne a affirmé que si l’institution recevait les armes dont elle a besoin, elle détruirait les gangs en trois mois?

N’oublions pas que c’est le gouvernement constitutionnel du Président Jovenel Moïse qui avait mis fin en Octobre 2017 à la mission militaire des Nations Unies parce qu’elle avait été une catastrophe pour Haïti. Cette mission militaire avait amené le choléra qui a tué 10,800 haïtien et qui continue encore aujourd’hui de causer des morts. Les Nations Unies avaient promis de payer des réparations aux familles des victimes. Douze ans après comme si la vie des victimes noirs d’Haiti ne valaient, ils n’ont jusqu’à présent, rien payé. Les soldats de cette mission onusienne étaient aussi responsables des abus sexuels contre des enfants, des hommes et des femmes. La plupart de ces soldats onusiens n’ont pas été jugés pour les crimes commis en Haïti. C’est ce qui explique aussi le refus du peuple haïtien pour cette nouvelle mission militaire.

Les sanctions sont appréciées par le peuple mais ont créé deux grandes préoccupations. La première pourquoi les oligarques corrompus et les membres du gouvernement haïtien actuels qui ont créé lors de l’opération violente peyi lòk 2018-2021, qui opèrent dans la zone métropolitaine ne sont pas encore sanctionnés? Voir un extrait

Même ceux qui ont introduit les enfants haïtiens dans la violence politiques et des gangs sont ignorés, voir

Les blancs globalistes corrompus qui supportaient ou faisaient semblant d’ignorer la violence des gangs qui ont brûlés 15 commissariats de police de 2018 a 2021 durant les sept tentatives de coup d’état contre le président constitutionnel d’Haiti Jovenel Moïse ne sont pas non plus sanctionnés. La population se demande est-ce que certains pays profitent du régime de sanctions pour protéger leurs clients, les oligarques et politiciens impliqués dans les gangs et l’assassinat du président pour choisir les gagnants en Haïti? Une formule si elle est vraie va provoquer le pourrissement rapide de la situation. La seconde pourquoi le Canada à travers son ambassadeur à Port-au-Prince a déclaré que les biens et les fonds saisis à travers les sanctions ne seront pas restitués à Haïti? L’expérience des fonds saisis de Duvalier remis à une ONG Suisse a laissé un goût amer chez le peuple haïtien qui ne voudrait pas revivre cette mauvaise réalité.

Souhaitons pour que ces initiatives du Conseil de Sécurité ne tournent pas au vinaigre, que des éléments sages de la communauté internationale prendront en compte les recommandations de leur collègue, le général français Loup Francart dans son livre maîtriser la violence.

Haïti est au Conseil de Sécurité à cause de l’assassinat du Président Jovenel Moïse tué parce que ses réformes économiques telles que décrites dans le livre, Jovenel Moïse, le rêve assassiné, allaient à l’encontre de gros intérêts des oligarques corrompus nationaux et internationaux. Malgré les deux lettres adressées par l’état haïtien au Secrétaire Général, Antonio Gutteres, les 19 Juillet et 3 Août 2021 pour la mise en place d’un tribunal pénal international pour enquêter sur l’assassinat comme ce fut le cas du Premier Ministre Rafiq Hariri du Liban, dix-huit mois plus tard rien n’a été fait. Le peuple haïtien continue de demander ce tribunal pénal international parce que le pouvoir exécutif et la justice sont contrôlés par les oligarques et politiciens qui ont assassiné le Président et créé le réseau des gangs actuels.

Malgré la campagne des oligarques nationaux et internationaux dans la presse internationale pour tenter de salir le cadavre du Président Jovenel Moïse, le peuple haïtien continue de résister et réclame Justice.

  • Ambassadeur Stanley Lucas était le Conseiller Spécial du Président Jovenel Moïse

VOUS POURREZ AIMER

Planet Press