Accueil » Haïti: « Le ministre des affaires étrangères d’Haiti Jean Victor Généus a failli dans ses responsabilités constitutionnelles »

Haïti: « Le ministre des affaires étrangères d’Haiti Jean Victor Généus a failli dans ses responsabilités constitutionnelles »

Par Ambassadeur Stanley Lucas

La fonction d’un ministre d’état n’est pas un jeu d’enfant. En occupant cette fonction vous héritez automatiquement des responsabilités et obligations constitutionnelles. C’est pourquoi dans de nombreux pays démocratiques, en rentrant dans un poste, les hauts responsables de l’état prêtent serment sur la constitution qu’ils promettent de respecter et de faire respecter. Le titulaire du ministère des affaires étrangères et des cultes est chargé de défendre les intérêts nationaux d’Haiti et de ses citoyens à l’étranger. C’est son rôle, celui des ambassadeurs, consuls généraux et autres fonctionnaires travaillant dans nos quarante-neuf missions diplomatiques à l’étranger. C’est dans ce contexte de la defense des intérêts nationaux et des citoyens américains que l’ambassade américaine en République dominicaine a condamné le traitement des autorités dominicaines envers les noirs américains. Le Haut-Commissariat des droits de l’homme a aussi fait entendre sa voix en dénonçant ces crimes commis contre les noirs par les autorités dominicaines. Malgré ces interventions internationales le Président Luis Abinader a réagi en affirmant qu’il allait continuer dans la même direction. Durant cette même période le gouvernement haïtien et le ministère des affaires étrangères sont restés silencieux.

Dans ce cas précis de la République dominicaine, le Président Luis Abinader a depuis des mois démontrer à travers ses actions violentes documentées et les ordres passés à l’armée, la police et l’immigration de son pays, qu’il applique une politique raciste envers les noirs haïtiens, les dominicains noirs et les américains noirs. Les traitements d’une violence extrême rappellent le sort réservé aux juifs par les nazis durant la seconde mondiale. La haine et la violence pratiquée sur les vidéos disponibles sur YouTube font frémir. Même les femmes et les enfants ne sont pas épargnés. Les exécutions extra judiciaires ont augmenté considérablement et les autorités font disparaître les cadavres de ceux qui sont exécutés.

Depuis plusieurs mois la république dominicaine viole au minimum huit conventions internationales, le droit humanitaire, la Charte Démocratique régionale, l’accord de rapatriement entre les deux pays et ses obligations internationales. C’est un choix délibéré. En plus c’est ce même gouvernement dominicain qui a permis à des soldats colombiens de séjourner sur leur territoire avant de venir assassiner le Président constitutionnel d’Haiti Jovenel Moïse. Il faut aussi noter que le Président Luis Abinader allié au élites blanches globalistes corrompues et les oligarques haïtiens, depuis l’assassinat du Président Moïse, mènent une campagne acharnée pour une intervention militaire étrangère en Haïti. Intervention refusée par le peuple haïtien.

Sous pression populaire et la révolte de la diaspora le ministère de la communication d’Haiti a réagi. En lisant la note de ce ministère en date du 29 Novembre 2022

https://www.communication.gouv.ht/2022/11/note-de-presse-20

on se
rend compte à quel point le gouvernement du Premier Ministre Ariel Henry a failli à ses responsabilités constitutionnelles. Pire ce gouvernement de transition compromis représente une menace dangereuse de sécurité nationale pour les citoyens d’Haiti.

La République dominicaine d’Abinader a fait un choix raciste délibéré contre les noirs d’Haiti. Ce qui a été prouvé. Comment alors écrire à des racistes comme l’a fait le gouvernement d’Ariel pour leur demander de changer de comportement?

La démarche logique, constitutionnelle, démocratique, respectant les normes internationales devrait être:
• Une requête au Secrétaire Général Luis Almagro pour une réunion urgente du conseil permanent de l’organisation des états américains (OEA) sur ces crimes et sur la violation de l’intégrité territoriale d’Haiti par la République dominicaine le 29 Septembre dernier dans le Nord’Est;
• Demander le support de l’Administration Biden qui lutte contre le racisme systémique
• Demander une réunion d’urgence de la Caricom sur ces violations;
• Inviter la Commission Interaméricaine des droits de l’homme, le Haut-Commissariat des droits de l’homme et l’OIM à produire des rapports sur ces violations;
• Demander à l’organisation de l’Union Africaine (OUA) de se prononcer sur ces violations
• Nommer une commission d’enquête de cinq membres avec des représentants de la commission interministérielle des droits de l’homme et des experts comme Colette Lespinasse pour constituer un dossier sérieux;
• Coordonner des campagnes avec la diaspora au Brésil, Chili, Canada, États Unis, France ect pour sensibiliser les gouvernements, parlements, partis politiques, presse et société civile à l’étranger.

Il ne faut pas oublier que le gouvernement américain a déjà sanctionné l’industrie sucrière dominicaine pour le traitement esclavagiste réservé aux noirs d’Haiti. Le peuple dominicain veut bien vivre avec le peuple haïtien. C’est la minorité ultra nationaliste raciste en République dominicaine, les oligarques assassins et racistes de Petion-Ville appuyés par des élites globalistes corrompues qui veulent la division, la guerre et un genocide. Les haïtiens, la diaspora et les membres sains de la communauté internationale doivent être vigilants pour éviter une catastrophe.

  • Ambassadeur Stanley Lucas était Conseiller du Président Jovenel Moïse

VOUS POURREZ AIMER

Planet Press