ACCUEIL Actualité Haïti: « Les vrais prix des transports en commun ne sont pas fixés par l’État Central »

Haïti: « Les vrais prix des transports en commun ne sont pas fixés par l’État Central »

Par Planet Press

Nul n’est pas sans savoir quand on parle de l’État, on voit à quoi on fait référence, c’est l’ensemble des pouvoirs d’autorité et de contrainte collective que la nation possède sur les citoyens et les individus en vue de faire prévaloir ce qu’on appelle l’intérêt général, l’intérêt commun. Donc arriver même à faire cette comparaison entre Bèf Chèn et l’Eat paraîent très stupide et aberrante. Mais un fait est qu’ils existent des groupes dans la société font la loi, et les Bèf Chèn en font partie.

En fait, Depuis tantôt quelques jours le pays selon quelques-uns est pratiquement réouvert où les commerces ambulants sont repris. Autrement dit, les petits marchands, et les activités de certaines grandes entreprises sont reprises pratiquement à 60%.

Une ouverture que la grande population entendait avec impatience pour mener leur activité. Mais tout cela était lié à une question de produits pétroliers qui n’étaient surtout pas disponibles dans les pompes pour des raisons diverses. Et, ajouté à la décision arbitraire du premier Ministre-Président Ariel Henry d’augmenter les prix de ces produits à la pompe.

Malgré tous les combats menés par beaucoup d’hommes et de femmes, d’organisations de la société civile tout était en vain jusqu’à date.
En effet, ce gouvernement décide de maintenir la décision et en fin publier les nouveaux prix des différents circuits des transports en communs.

Toute suite après la publication des différents prix des circuits, certains regroupements de chauffeurs l’ont boudé, car selon eux ils ne reflètent pas la réalité. La vraie réalité c’est que les Bèf Chèn font leur loi dans les stations d’autobus.

Mais qui sont ces gens dénommés les « Bèf Chèn »?

Les Bèf Chèn sont ces Jeunes que l’on retrouve dans les stations de bus ou camionnette qui chantent la direction des bus et, après avoir utilisé diverses astuces pour le remplissage des bus avec des passagers, en retour le chauffeur paie pour le service. Il faut préciser que chaque station est contrôlée par une bande et ce sont eux qui font la loi. C’est à dire ils fixent les vrais prix du transport en commun sans ou avec l’accord des chauffeurs. Et les passagers sont obligés à payer.

Ces derniers jours les chauffeurs et les passagers sont en altercation de manière quotidienne sur les prix à payer pour une course fixée prealablement par l’État qui, en retour sont boudés par les Bèf Chèn et imposent automatiquement leur vouloir aux chauffeurs.

Personne ne peut dire que cette liste publiée par l’État Central est appliquée telle qu’elle a été.

La rue a ses propres règles, normes et principes et les Bèf Chèn comme « mode d’organisation sociale » participent à la fabrication de ces regles et principes.

De toute façon, il faut dire que l’Etat est défié partout et à tous les niveaux. Cet Etat là doit disparaître. Ce sont des hommes et des femmes qui n’ont même pas le sens de la responsabilité, donc ne peuvent conduire le pays dans la bonne direction. La principale victime est la grand population qui aura à faire face à cette situation quotidiennement et finalement finira par l’accepter.

Seul le peuple est souverain !
Pa di n pa konnen!

Me. Louimann MACEUS, Av.

VOUS POURREZ AIMER

Planet Press
Planet Press