Accueil » Haiti: Violence sexuelle, l’OCNH appelle à des mesures urgentes

Haiti: Violence sexuelle, l’OCNH appelle à des mesures urgentes

L’Organisation des Citoyens pour une Nouvelle Haïti (OCNH) dit constater avec inquiétude le pourrissement de la crise sécuritaire et politique à laquelle est confrontée la population haïtienne depuis des lustres.

Le laxisme, l’incompétence des autorités, le refus des acteurs de trouver un consensus autour d’une issue favorable et tant d’autres facteurs ont contribué à la situation chaotique dans laquelle se trouvent les paisibles citoyens : violence des gangs armés, rareté de carburant, cherté de la vie, chômage, inflation galopante, impossibilité de circuler à cause des gangs et des mouvements de protestation caractérisés par la violence, attaques contre des journalistes ainsi que la résurgence du choléra.

Face à une telle situation, il est plus qu’urgent de prendre des dispositions nécessaires pour changer la donne. Il faut rétablir la sécurité et surtout, au nom du principe de l’humanité, mettre en place un dispositif permettant d’ assister les victimes et leurs proches, s’alarme l’OCNH.

Trop de ménages pour avoir la vie sauve, ont dû laisser leur domicile devant la fureur des gangs armés. Trop de femmes, d’enfants et d’hommes sont passés de vie à trépas. Certains cas ont défrayé la chronique mais la majorité d’entre eux sont morts comme ils ont vécu : dans l’anonymat, dénonce t-elle.

Elle rappelle que le récent rapport qui a été publié conjointement par le BINUH et le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme (HCDH) nous décrit le récit glacial de la mésaventure d’une femme de 25 ans qui, comme 52 autres femmes et filles, a été victime de viol collectif par des membres de gangs armés lors des affrontements entre groupes rivaux à Cité Soleil.

L’OCNH rappelle aux autorités que les instruments internationaux relatifs au Droit International Humanitaire consacrent aux femmes et enfants le statut de personnes protégées. L’article 27 de la 4e Convention de Genève traite de leur droit, en toutes circonstances, au respect de leur personne, de leur honneur et de leurs droits.

Le Protocole Additionnel décrit de plus en son article 76 le traitement des femmes qui doivent être protégées contre le viol et toute atteinte à la pudeur.

l’OCNH invite les acteurs nationaux et internationaux à prendre des mesures urgentes et efficaces pour stopper le décompte des pertes en vies humaines et des personnes victimes de violence sexuelle.

Planet Press

VOUS POURREZ AIMER

Planet Press