Accueil » QUAND LA JUSTICE SERA UNE PRIORITÉ POUR LES AUTORITÉS HAÏTIENNES

QUAND LA JUSTICE SERA UNE PRIORITÉ POUR LES AUTORITÉS HAÏTIENNES

Nul n’est pas sans savoir que la justice Haïtienne est dans l’impasse depuis plusieurs décennies.

En effet, dans toutes les démocraties modernes, le pouvoir judiciaire constitue un parmi les trois pouvoirs qui forment l’État démocratique. Dans un premier temps, il y’a le pouvoir législatif, c’est celui qui assure la rédaction et de voter les lois.
Dans les pays européens, particulièrement en France, cette prérogative appartient au Parlement.

En deuxième temps il y a le pouvoir exécutif qui est chargé de faire exécuter la loi. La fonction exécutive comporte notamment le pouvoir réglementaire, c’est à dire le pouvoir d’édicter des réglementations (par le biais des décrets, par exemple.

Et dernier lieu , il y’a le pouvoir judiciaire qui nous concerne maintenant c’est le pouvoir de rendre la justice. Cette fonction est assurée par les tribunaux.

En fait, la Justice fait respecter les règles de la vie en société. Elle sanctionne les actes et comportements interdits par la loi, mais pas seulement ! Elle protège les personnes les plus fragiles comme les enfants et mettre fin aux conflits.

Et pour que cela fonctionne, il faut qu’il y ait une synergie manifestée au plus haut niveau de l’État à travers la loi de finance en vue d’adresser les différents problèmes ponctuels et structurels.

Le système judiciaire haïtien, chaque année enregistre plusieurs arrêts de travail à des niveaux différents qui ont des conséquences observables et critiques sur les droits de l’homme. Tantôt ce sont des arrêts entamés par des greffiers, d’autres par des magistrats, les personnels etc. Et qu’est ce qui a été fait pour adresser ces problèmes qui entravent le bon fonctionnement du système? Est ce une façon pour dire que la Justice n’est entre autre un des axes d’intervention importante pour l’État ?

Implicitement oui. Tout cela est manifesté dans le budget 2021-2022. Dans le budget précédent, malgré toutes les crises constatées au seins du système, le montant alloué était avoisiné entre 37 et 38 milliards de gourdes. Actuellement, le montant alloué au ministère de la Justice est réduit à 17 milliards de gourdes.

En fait, L’augmentation du budget du ministère de la justice favorisera la motivation des juges, des commissaires du gouvernements, des juges d’instructions pour garantir la tenue des audiences en vue de diminuer les populations carcérales ainsi que les personnes en situation de détention préventive prolongée et donner justice a qui Justice est due.

Si la justice élève une nation, comment et pourquoi malgré tous les problèmes du pays qui est lié à une question d’injustice, au lieu d’adresser le problème concrète dans la loi de finance, à savoir augmenter le budget du ministère de le justice et de la sécurité publique qui est un des pas fondamentaux, mais de préférence le diminuer presque que la moitié ?

La Justice est l’action par laquelle les autorités compétentes font respecter la loi et les droits d’autrui. Mais ce qui se dessine actuellement est loin d’être l’affaire des « autorités compétents  » mais des parachutistes qui prennent l’État en Otage.

«  » » La Justice élève une nation, l’injustice la déshonore et la corruption la détruit » » »

Pa di n Pat konnen !


Me. Louimann MACEUS, Av.
Human Rights activist.
Specialist in Human Rights and International Humanitarian Law CUHD / GENEVE.
Amnesty International member.
specialization in Public Policy of Human Rights IPPDH/ CIDH / MERCOSUR.
50936203405/33149832
Ethnojuriste@jean-tony

planet Press

VOUS POURREZ AIMER

Planet Press