ACCUEIL Actualité Haïti-crise: le Conseil National de la Société civile haïtienne redoute une explosion sociale

Haïti-crise: le Conseil National de la Société civile haïtienne redoute une explosion sociale

<em>Haïti-crise: le Conseil National de la Société civile haïtienne redoute une explosion sociale</em>

Dans une note portant la signature de Joseph Domingue Orgella, Cordonnateur de cette entité fait part de son inquiétude. Il dit noter que depuis plus de deux ans la sociéte haïtienne est confrontée à une crise multidimensionelle dûe à un ensemble de facteurs clés découlant de la négligence et/l’insouciance de l’État et la passivité et/ la méchanceté des élites qui se font complices d’un État moribond qui ne fait rien pour redresser la barque de ce pays à la dérive.

La misère, le chômage, les cas de vols et de viols en série, la guerre des gangs armés pour le contrôle du territoire, le kidnapping, le doute et le désarroi constituent le quotidien du peuple haïtien. Un peuple pris en otage sous ses troits ne sachant de quel bois faire flèche tellement la situation est difficile, souligne -t-il.

<em>Haïti-crise: le Conseil National de la Société civile haïtienne redoute une explosion sociale</em>

Mais de tout cela, l’insécurité généralisée qui bat son plein dans le pays demeure le spectre qui hante le sommeil de tous les citoyens. À Port-au-Prince, presque chaque zone à son gang et presque tous ces gangs sont en guerre. La capitale du pays est assiegée, ajoute le responsables du CNSCA

  "De plus, la rareté du carburant qui paralyse presque toutes les sphères d'activités de la vie nationale, la décote de la gourde par rapport au dollar qui entraine la montée à la hausse des produits de première nécessité exacerbe la situation déjà alarmante de la population et sucite la colère des citoyens désireux de vivre en toute dignité sans se faire humiliés, poursuit-il.


 Le conseil National de la Sociéte civile Ayitienne (CNSCA) se dit consterné devant ce tableau sombre de la réalité quoditienne du peuple haïtien et s'inquiète pour uyne eventuelle explosion sociale si des mesures concrètres ne sont pas prises pour changer la donne.

Cependant, le CNSCA persiste à croire que la priorité de l’heure est le problème de l’insécurité qui doit être résolu dans le plus bref délai car ce phénomène constitue un blocage de toutes les activités de la masse populaire qui se lève généralement très tôt pour aller chercher de quoi subvenir aux besoins de leurs familles.

  En ce sens, le CNSCA comme toute autre instance du pays, dit constater un éffort remarquable du côté de la Police Nationale d'Haïti déterminée à traquer les bandits en vue de ramener la paix dans les quartiers. 

De ce fait, pour que le travail de la Police puisse donner des réssultats satisfaisants, il faut une coopération sans faille de la population aux agents de la PNH, une contribution citoyenne pour résoudre le problème de l’insécurité. Pour y parvenir, la Police Nationale d’Haïti doit maintenir le focus sur les foyers de gangs. Ceci étant dit, il faut que la population évite de compliquer la tâche à l’unique force du pays qui se bat avec les faibles moyens logistiques qu’elle a pour mettre les malfrats hors d’état de nuire, en créant d’autres problèmes.

Il appelle la PNH à rester accrocher à sa mission de protection et de service et exhorte la population à ne livrer combat aux policiers pour ne pas les dévier sur leur focus qui est de traquer les bandits.

Planet Press

VOUS POURREZ AIMER

Planet Press