Accueil » Haiti-Santé: Quand L’USAID nous ridiculise avec deux générateurs d’oxygène

Haiti-Santé: Quand L’USAID nous ridiculise avec deux générateurs d’oxygène

Le gouvernement des États-Unis, par l’intermédiaire de l’Agence américaine pour le développement international (USAID), a fait don de deux générateurs d’oxygène à Haïti. Ces générateurs d’oxygène joueront un rôle essentiel dans la réponse d’urgence nationale au COVID-19 en desservant plus de 750 000 personnes dans les zones difficiles d’accès du Nord d’Haïti. Avec le soutien d’urgence COVID-19, l’USAID a créé une solution durable à long terme pour les besoins en oxygène d’Haïti.

Le Chargé d’affaires a.i. des États-Unis, M. Eric W. Stromayer a fait remarquer : « Le gouvernement américain continue de soutenir la lutte contre le COVID-19 en Haïti. Nous réitérons notre engagement avec ce don du peuple américain pour fortifier l’écosystème de l’oxygène médical en Haïti.

Au début du mois de juin, les deux générateurs de production d’oxygène ont été livrées à l’Hôpital Centre de Bienfaisance de Pignon (CBP), dans le département du Nord, et à l’Hôpital Notre Dame de la Paix de Jean-Rabel (HNDP), dans le département du Nord-Ouest d’Haïti. L’USAID a travaillé en collaboration avec l’Unité Nationale de Coordination de la Réponse au Coronavirus, du Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP), pour sélectionner ces deux hôpitaux afin de répondre stratégiquement aux besoins des Haïtiens vivant dans des endroits difficiles d’accès.

Grâce en partie, au soutien du gouvernement américain, l’oxygène médical importé par l’intermédiaire de deux fournisseurs du secteur privé situés à Port-au-Prince, la capitale d’Haïti, contribue à des recharges gratuites de bouteilles qui sont distribuées à plus de 20 centres de traitement COVID désignés par le ministère de la Santé situés travers le pays.

Cependant, les conditions routières imprévisibles et dangereuses interfèrent avec l’acheminement de l’oxygène médical de Port-au-Prince vers les départements du Nord. Pendant la saison des pluies, la circulation dans ces zones peut être dangereuse, les inondations et les glissements de terrain endommagent les infrastructures de transport déjà en mauvais état.

Extrait du communiqué

Planet Press, le 3 août 2022.

VOUS POURREZ AIMER

Planet Press